fbpx

Prudence sur les dispositifs se disant “anti-Covid-19”

 

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, de nombreux dispositifs estampillés anti-Covid-19 sont apparus. Selon l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS), ces allégations sont à prendre avec précaution car l’efficacité de ces innovations sur les virus dont la Covid-19 est encore à démontrer.

Les purificateurs d’air et la filtration HEPA

Les purificateurs d’air munis d’un système de filtration HEPA (possédant un filtre à air à haute efficacité) peuvent être un moyen de faire baisser la quantité de bactéries et de virus dans l’air ambiant sans pour autant se substituer à une aération naturelle trois fois par jour.

Les filtres pouvant contribuer à une baisse de la quantité de virus dans l’air sont des filtres HEPA de classe minimale H13 selon la norme EN

1822-1. S’ils sont bien entretenus et installés d’une manière étanche, leur efficacité sera plus importante. 

Il est important de choisir un purificateur / épurateur d’air selon les dimensions de la pièce pour que la sécurité et l’efficacité de l’appareil soient garantis avec une vitesse modérée pour éviter la dispersion des gouttelettes émises par les individus présents enlevant leurs masques dans les locaux (par exemple à la cafétéria).

Les revêtements biocides se présentent sous la forme de vernis à appliquer sur les surfaces à traiter, de membranes ou encore de films adhésifs.

Le principal effet attendu suite à l’utilisation de ces dispositifs est la désinfection qui agit dans la durée sur la plupart des bactéries ou micro-organismes comme sur la catégorie des coronavirus. Pour une plus grande efficacité, il est primordial que la surface qui va être recouverte de ces innovations soit au préalable nettoyée. L’action désinfectante présumée de ces produits doit avoir un effet réel et rapide sur le micro-organisme visé, ici celui de la Covid-19, c’est-à-dire le Sars-Cov-2.

Les surfaces concernées par ces dispositifs de désinfection sont le plus souvent en contact avec un grand nombre de personnes et sont donc rapidement en contact avec des bactéries, virus, germes et autres salissures. Elles nécessitent donc un nettoyage régulier et une attention toute particulière. En l’absence de revêtement biocide, les produits de nettoyage standards sont recommandés et efficaces pour la désinfection des surfaces car leur composition finement dosée de tensio-actifs permet de détruire l’enveloppe des virus, les inactivent, ce qui les rend donc inoffensifs.

Un bémol cependant sur ces revêtements biocides : face aux grandes incertitudes qui planent sur leur prétendue efficacité avec notamment la problématique de leur nettoyage qui doit être fréquent, on ne peut pas préconiser ces dispositifs comme des moyens de lutte contre la propagation et la transmission de la Covid-19 (Sars-Cov-2).

Et qu’en est-il de la désinfection par ozone gazeux ? Par lampe à UV ?

Depuis quelque temps, on entend parler d’un dispositif qui désinfecterait les surfaces à l’aide d’ozone gazeux. Son efficacité a été remarquée sur divers micro-organismes, bactéries et virus mais ne l’a pas été sur le virus de la Covid-19, le Sars-Cov-2 ou d’autres virus composés d’une enveloppe épaisse.

L’un des points noirs de l’utilisation de l’ozone gazeux est sa capacité à créer de fortes irritations notamment au niveau de la peau, des muqueuses et des yeux. Bien qu’il ne soit pas inflammable, il vaut mieux éviter de le mettre en contact avec des sources de chaleur ou elles-même inflammables. Face au nombre trop nombreux de risques, ce dispositif est à éviter à remplacer par d’autres techniques moins dangereuses et plus efficaces sur la Covid-19.

La désinfection par lampe à UV, appelée aussi “germicide” a été mise en lumière dans cette période de pandémie mondiale, se présentant comme une des solutions pour désinfecter les surfaces et ainsi, ralentir la propagation du virus. Elle est déjà utilisée dans le secteur hospitalier, dans l’industrie voir même dans le contrôle de l’eau.

Les surfaces concernées doivent préalablement être nettoyées et être exposées directement à la lumière de la lampe UV pour qu’une efficacité soit garantie.

Il est nécessaire de prendre des précautions avec les produits désinfectants comme les produits chlorés qui peuvent se décomposer sous la lumière émise par la lampe à UV et provoquer des irritations, voire des brûlures aux individus en contact avec ces surfaces, notamment au niveau de la peau et des yeux.

Comme vous l’avez compris, les produits miracles “anti-covid 19” n’existent pas, du moins pour le moment. Pour ralentir la propagation du virus et le taux de contamination qui en découle, il est nécessaire de mettre en place une désinfection stricte des surfaces, avec une filtration de l’air intérieur via un purificateur/épurateur d’air couplée à une aération naturelle quotidienne et au respect des gestes barrières.